L’algodystrophie: poignet, main, épaule, pied, cheville, genou, coude ou hanche en souffrance…

Qu’est-ce que c’est ?

L’algodystrophie ou algoneurodystrophie est une pathologie handicapante qui touche les deux sexes, à tous les âges, y compris l’enfant.
C’est une maladie osseuse provoquant des douleurs mécaniques et une déminéralisation non homogène des os, avec des troubles trophiques (de la peau et des phanères : ongles, cheveux).

Elle résulte d’une perturbation vasomotrice elle-même liée à un dérèglement du système nerveux végétatif sympathique.
Le système des artérioles et des capillaires qui se trouve dans les os se bloque en vasodilatation.
Le segment de membre atteint est alors rouge et œdématié.
Un spasme intervient ensuite suivi d’une vasoconstriction active.
Le membre devient froid. Les poils tombent, les ongles cassent.
Des rétractions des tendons et des aponévroses (large feuillet de tissu fibreux qui relie un muscle à son point d’attache) ne tardent pas à survenir.
Une dystonie (trouble neurologique moteur) neurovégétative est souvent associée.
Photo d'une main en souffrance atteinte d'algodystrophie

Les signes de la maladie

L’évolution se fait en trois phases :

  • Phase d’installation ;
  • Période d’état ;
  • Séquelles dystrophiques.

Les localisations sont par ordre de fréquence décroissante le poignet et la main, l’épaule, le pied et la cheville, le genou, le coude, la hanche…
Le début est le plus souvent insidieux. Les douleurs sont souvent intriquées avec celles du traumatisme déclenchant, lorsqu’il existe.
A la phase d’état, le patient se plaint de douleurs d’intensité variable, comparées à une brûlure, de type mécanique, calmée par la mise au repos du membre et réveillée par les émotions, le bruit, le mouvement.

 

La douleur est massive et n’a pas de topographie précise. Une impotence fonctionnelle (difficultés dans les mouvements) et une amyotrophie (fonte musculaire) ne tardent pas à survenir.

Les articulations sont enraidies par un œdème dur, ferme, douloureux. Il n’y a pas de véritable lésion articulaire. La peau est rouge, chaude avec augmentation de la transpiration des paumes ou des plantes de pieds. La main est boudinée. On observe alors une déminéralisation osseuse prononcée et étendue, associée dans un premier temps à un œdème (gonflement des tissus mous) et à une chaleur locale.

L’algodystrophie ou algoneurodystrophie est une pathologie handicapante qui touche les deux sexes, à tous les âges, y compris l’enfant.

Puis les douleurs s’atténuent, l’œdème disparaît, la peau devient froide et cyanosée. Des troubles trophiques de la peau peuvent survenir.
La maladie peut guérir lentement ou laisser s’installer des séquelles parfois invalidantes (rétractions des tendons, limitation des mouvements, douleurs, membre froid, poils tombés, ongles fragiles).

L’évolution est cyclique et se fait spontanément en 9 à 15 mois vers la consolidation avec raideurs séquellaires qu’il faut essayer d’éviter.
Au niveau du membre supérieur, l’algodystrophie peut réaliser le syndrome épaule-main.

Très tôt, les atteintes osseuses peuvent être mises en évidence grâce à la scintigraphie osseuse. Cet examen consiste à injecter un produit radioactif (contenant du technétium) qui se fixe sur les os. En cas d’algodystrophie, le membre atteint fixe davantage de produit radioactif. Le diagnostic précoce de l’algodystrophie est particulièrement important car les traitements sont plus efficaces au début de l’affection. Cette maladie fait intervenir le système nerveux sympathique, mais on en ignore la cause, c’est pourquoi le traitement n’est pas encore strictement codifié.

Icône d'enveloppe clignotante grise Ne ratez aucune info ! Abonnez-vous aux articles publiés par l'école...

Un e-mail vous sera automatiquement envoyé à l'adresse que vous aurez mentionnée et vous garantira de ne plus rater aucun article édité par l'école. En cas de non réception immédiate, veuillez vérifier votre dossier de courriers indésirables "spams"

Aussi, n'hésitez pas à laisser un commentaire en bas de page pour toute question, remarque ou complément d'information ; la communication est un des axes primordiaux que développe notre école. Notez que vous avez également la possibilité de vous abonner aux commentaires d'un article en particulier afin d'être averti du suivi d'une discussion.

« L’école Les Colibris respecte la vie privée des utilisateurs de son site Internet conformément aux dispositions de la loi du 8 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée à l’égard des traitements de données à caractère personnel. Vos informations resteront confidentielles. En application de la loi « Informatique et Liberté », vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition sur les données vous concernant. Vous pourrez vous désabonner de cette liste à tout moment ».

En espérant que nos publications puissent vous intéresser, l'école "Les Colibris" vous remercie et vous donne rendez-vous très bientôt !

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité.

Vous êtes actuellement 171 abonné(e)s.

10 commentaires
  1. Sandra, je trouve que ton article est très bien mis en page ! Félicitations 🙂
    Néanmoins, je déplore timidement l’absence totale de retour suite à ton travail et la rédaction de ces articles…

  2. c’est pas vrai Benoît… je les lis, moi !

  3. Bonsoir. Moi je ss tombée par hasard sur votre article car en fait je cherche sur le net des témoignages concernant l algo… G 27 ans et je ss atteinte d une algo modérée du genou gauche et légère de la hanche depuis fin 2015. Les douleurs ont commencées en octobre suite à un cours de sport. G passé une radio “normale”. G alors été gavée d anti inflammatoires pour soigner une tendinite. Ensuite les douleurs se sont étendues dans le tibia jusqu à la cheville, je ss allée aux urgences et là on m a plâtrée. Deux semaines après g fais une thrombose veineuse. Debut janvier je ne savais presque plus poser mon pied par terre. G alors insisté pour passer des axemens supplémentaires car j avais l impression qu on ne me croyait plus… g passé une scinti et le diagnostic esg tombé! Fin janvier g arrêté le boulot car je n en pouvais plus des douleurs omniprésentes mm la nuit. Mtn je fais de la kine et balneo. Des injections de calcium qui me donnent de terribles nausées. Debut avril je reprend le boulot en mi temps médical. G encore tres mal mais je n ai pas le choix. La mut me verse 60% de mon salaire donc je ne m en sors pas. Surtt que mon compagnon est également en arrêt de travail car il s est fait opéré d une hernie discale. C très dur moralement… Voilà en gros mon histoire. Je ss disponible pour discuter si qqlun le désire.

    • Bonjour Betty,
      Votre histoire me touche, une fracture du poignet m’a occasionné de l’algodystrophie il y a maintenant 2 ans. Le parcours n’est pas simple et vous êtes au début, les injections, les séances de kiné, les consultations chez un spécialiste…Toutefois, on apprend à vivre avec, dans mon cas, je m’en sors avec une incapacité de 5%, j’ai appris à modifier mes mouvements (j’ai une perte de flexion), j’ai également repris rapidement le travail, ce qui m’a permis de moins y penser. Chaque cas étant différent, seul votre spécialiste pourra vous éclairer précisément sur les suites de votre algodystrophie.
      Je vous souhaite beaucoup de courage et espère que d’autres personnes répondront également à votre appel sous cet article.

  4. Bonsoir. Merci pour votre retour rapide. Quand vs me parlez de 2 annees je ne ss vrmt pas rassuree… On apprend certainement a vivre avec certes mais quand on est active dans sa vie de tous les jours et sportivd c tres dur à vivre. De plus, sans minimiser l algo de la main ou poignet ni votre situation, l algo du genou pose un réel soucis de mobilité et le poids du corps n arrange pas les choses. Pour le moment ma jambe ne plie qu à 90 degrés, on y travaille avec la kine. Je suis en bequille depuis novembre. A mon age c tres dur. Je ne sais plus rouler en voiture. A l heure actuelle mon docteur ne sait pas dire pour cmb de temps j en ai… quand je cherche sur des forums je ne lis que des histoires negatives. J espr comme vs ne pas avoir de sequelle definitif, ça serait un vrai handicap. Je ss en Cdd de 2 ans actuellement. G la chance d avoir trouvé une bonne place. Ce contrat se termine fin d année et je devais signer mon Cdi mais mtn il n y a plus rien de sure… De plus g parfois l impression que les gens autour de moi ne comprennent pas ma détresse. Enfin bref, ça fait du bien d en parler avec qqlun qui comprend. Merci encore

    • Bonjour Betty,
      Pensez de manière positive, le mental a une grande importance, c’est certain que les médecins ne pourront jamais vous donner une date arrêtée. Oui, ça m’est arrivée il y a 2 ans mais ce n’était pas 2 ans de souffrance! A l’heure actuelle, quelques douleurs parfois mais supportables. Pour l’instant, pensez à vous et laissez le temps agir. Arrêtez de tout voir en noir, des solutions s’offriront à vous. Courage.

  5. Re bonjour. Merci pour vos réponses. Puis je vous poser qql questions? Quand vs dites que ça a duré 2 ans, c etait 2 ans de kine? Avez vs eu recours aussi aux injections? Et a d autres alternatives? Ou autres spécialistes? Qd vs dites que vs vs en sortez avec 5% d incapacité c est donc definitif? G bien conscience que d une personne à l autre l évolution et le ressenti est différent mais à l heure actuelle g besoin de retours d expériences. En ce qui me concerne, la douleur est variable en intensité d un jour à l autre et parfois mm dans la journée sans raison apparente. Je sais également que le mental joue et à la base je ss plutôt énergique et positive mais quand depuis 2 ans le sort s acharne sur vous (problèmes de santé pour moi et mon compagnon, problèmes financiers, décès dans la famille,…) ça devient difficile vraiment. Merci encore

    • Bonjour Betty,

      Alors, pour répondre à vos questions, 1 bonne année de kiné mais que j’ai été obligée de stopper à cause du noyau fibreux qui s’est formé, donc impossibilité d’avoir plus de flexion. Pour les injections alors, celle qui a diagnostiqué l’algo était assez douloureuse, je ne vais pas mentir mais suite au plâtre que j’ai porté 6 semaines, j’ai eu une capsulite rétractile et donc injections. Je vous avoue que je laisse ça derrière moi. 5% car je ne retrouverai jamais une flexion normale et la capsulite à l’épaule m’empêchait de pouvoir mettre mon bras dans le dos. J’ai été consulter un spécialiste qui m’a annoncé qu’une opération était impossible, les risques seraient plus importants d’abîmer que de réparer(j’ai une orthèse que je peux porter la nuit pour réduire la douleur, au début, je la portais toutes les nuits et maintenant, seulement si j’en ressens le besoin) Les 5% ne sont pas définitifs, ça peut augmenter mais pas diminuer. Je dois m’attendre à de l’arthrose, c’est d’ailleurs ça qui me fait ressentir des douleurs avec le froid. Si les douleurs devaient réapparaître plus tard, j’ai 2 solutions mais pour l’instant, je n’y pense pas. je serai très contente de rester au stade où je suis. Essayez fortement de vous changer les idées, n’oubliez pas que chaque cas est différent. Le sort s’est acharné sur vous mais ce n’est pas une fatalité, chaque jour est différent!

  6. Je vous remercie pour vos réponses et pour votre message plein de bonnes ondes. Je vous souhaite bonne continuation

    • Bonjour Betty,
      j’espère que pour vous cela va un peu mieux, j’ai été diagnostiqué pour l’algo il y a 2 semaines.
      Les douleurs à l’épaules sont insoutenables et l’immobilisation de mon bras fort est un handicap de tout les instants.
      Comme vous j’étais sportif, c’est d’ailleurs suite à une chute à vélo que j’ai démarré l’algo, tout mon petit monde s’est écroulé…
      J’espère pouvoir me débarrasser de cette m…. le plus rapidement possible !
      Courage

Laisser un commentaire