Typologie de Kauffman

Kauffman (1989) distingue sept types de problèmes du comportement, voici une présentation sommaire de chacun de ces types :

1. Hyperactivité et problèmes associés

L’hyperactivité ne se définit pas simplement par une activité excessive; elle est constituée également d’un taux élevé de comportements perturbateurs que le jeune n’arrive pas à maîtriser volontairement. La distraction (problèmes d’attention) et l’impulsivité (agir sans penser) sont également des problèmes qu’ont les élèves hyperactifs.

On observe un grand nombre de caractéristiques de l’enfant hyperactif chez les élèves qui se développent normalement.
C’est par sa fréquence, sa durée et son intensité que le comportement de l’élève hyperactif dévie des conduites normales de son groupe d’âge.

2. Trouble ouvert de la conduite

Le trouble ouvert de la conduite se caractérise par un comportement antisocial persistant qui nuit sérieusement au fonctionnement du jeune dans sa vie de tous les jours, ou qui a pour conséquence que les adultes le considèrent comme intraitable.

Le trouble de la conduite est ouvert lorsqu’il s’exprime par des comportements ouvertement agressifs ou hostiles, comme faire mal aux autres ou défier directement l’autorité de l’enseignant.

3. Trouble couvert de la conduite

Le trouble couvert de la conduite consiste en actes antisociaux commis à l’insu des adultes, tels que le vol, le mensonge, l’allumage volontaire d’incendies et le vagabondage.
Quatre problèmes liés à l’école (absentéisme, expulsion, échec scolaire et indiscipline) caractérisent aussi bien les garçons que les filles qui ont des troubles de la conduite.

Les deux formes (ouverte et couverte) de trouble de la conduite représentent peut-être les extrêmes d’un continuum où le refus de se conformer à la norme serait la pierre angulaire ou le point d’origine des deux pôles.

On distingue les jeunes qui ont des troubles de la conduite de ceux qui se développent normalement par la fréquence plus élevée de leurs comportements nuisibles et la persistance de ceux-ci à un âge où la plupart des enfants ont adopté un comportement moins agressif.

4. Délinquance juvénile et usage de drogues

La délinquance juvénile est un terme juridique qui indique une violation de la loi par une personne qui n’est pas encore adulte.
De nombreux jeunes ont, à un moment donné, commis un acte qui contrevenait à la loi.
Les jeunes délinquants sont ceux qui récidivent et qui se font appréhender.

On abuse des drogues lorsque l’on s’en sert intentionnellement pour induire des effets physiologiques ou psychologiques (ou les deux ensemble) à des fins non thérapeutiques, et lorsque leur usage contribue à augmenter les risques pour la santé, l’équilibre psychologique, la vie en société, ou une combinaison de ces conséquences.

Drogues déposées sur une feuille d'arbre

La délinquance juvénile est un terme juridique qui indique une violation de la loi par une personne qui n’est pas encore adulte…

5. Comportement psychotique

Le comportement psychotique comprend des interprétations déformées de soi et de l’environnement, ainsi qu’un comportement gravement déviant qui est incompatible avec un développement normal.
L’isolement autistique, l’autostimulation et l’automutilation sont trois types possibles de comportement psychotique.

Selon les définitions actuelles du ministère de l’Éducation, les comportements psychotiques appartiennent à la catégorie des troubles «sévères» du développement. Ils relèvent d’un diagnostic médical.

6.Trouble du comportement lié à l’anxiété, à l’isolement, et autres troubles

Les divers problèmes d’introversion ne sont pas bien définis.
Les comportements associés à l’anxiété ou à l’isolement (sentiments d’infériorité, préoccupation exagérée pour sa personne, timidité, peurs et hypersensibilité, par exemple) sont, en général, plus passagers que ceux qui sont liés aux troubles d’extraversion, et ils semblent comporter moins de risques de mener à une éventuelle maladie psychiatrique à l’âge adulte.

L’anxiété ou l’isolement caractérise peut-être de 2 à 5 p. 100 de la population infantile et de 20 à 30 p. 100 des jeunes recommandés pour être vus en clinique pour un trouble du comportement.

Les comportements associés à l’anxiété ou à l’isolement ne réclament une intervention que s’ils sont extrêmes et persistants.
Les enfants et les jeunes qui se renferment sur eux-mêmes n’ont souvent pas le savoir-faire nécessaire pour établir des relations sociales réciproquement satisfaisantes.
La plupart des enfants éprouvent des peurs particulières, mais elles ne durent pas et ne nuisent pas à leurs activités. Les peurs sans fondement et les phobies risquent cependant de restreindre gravement les activités d’une personne. Elles réclament alors une intervention.

Les obsessions (pensées répétitives) et les compulsions (actes répétitifs)sont rares chez les enfants et peuvent être liées à des peurs. Une réticence extrême à parler, connue sous le nom de mutisme sélectif, peut être attribuable à la crainte des situations où il faut converser.

Photo d'une femme se tenant la tête dans les mains

Les troubles de l’alimentation qui retiennent davantage l’attention des médias sont l’anorexie (s’affamer soi-même) et la boulimie (se gaver pour ensuite se faire régurgiter).
L’anorexie et la boulimie supposent toutes les deux une crainte excessive de devenir gros. Mais, chez les adolescents, les diètes et la peur de l’obésité ne mènent pas toujours à ce type de problèmes.

L’obésité, chez les enfants, constitue un problème sérieux de santé; on peut la considérer également comme un problème social.
Les autres problèmes d’alimentation comprennent le pica (manger des substances non comestibles), le mérycisme (se faire vomir) et des goûts alimentaires extrêmement exclusifs.

Les mouvements stéréotypés comportent des actions persistantes, involontaires, répétitives et non fonctionnelles.
Souvent, ils ne mettent en jeu que les muscles du visage et ils sont transitoires.
Ceux-là ne réclament aucune intervention particulière. Une intervention s’impose quand les tics persistent et qu’ils mettent en action de multiples groupes musculaires.

7. Dépression et comportement suicidaire

La dépression infantile ressemblerait à la dépression adulte à plusieurs égards, mais les comportements particuliers exprimés en réponse à un affect dépressif varieraient selon l’âge. Les adultes et les enfants déprimés éprouvent tous les deux une humeur triste et perdent intérêt aux activités productives.

Les enfants déprimés sont susceptibles de manifester une grande variété de troubles de la conduite, y compris de l’agressivité, du vol et de l’isolement social.

Le suicide et la tentative de suicide présentent d’importants problèmes d’évaluation parce que la honte associée au comportement suicidaire a souvent pour conséquence une dissimulation intentionnelle des faits. De plus, leur prévalence est difficile à établir parce que les circonstances exactes de la mort sont souvent impossibles à déterminer.

Couronne déposée au cimetière

L’évaluation des risques de suicide implique la reconnaissance des signaux de danger et un jugement sur le sentiment de désespoir de l’individu…

Quoi qu’il en soit, on sait que les suicides et les tentatives de suicide des jeunes, surtout des adolescents et des jeunes adultes, ont augmenté dramatiquement au cours des dernières décennies.

L’évaluation des risques de suicide implique la reconnaissance des signaux de danger et un jugement sur le sentiment de désespoir de l’individu.
L’évaluation des facteurs de risque et l’appréciation de l’habileté de l’élève à réaliser les tâches qui lui permettent de faire face aux exigences de la vie peuvent servir à déterminer si une tentative de suicide est imminente.

Icône d'enveloppe clignotante grise Ne ratez aucune info ! Abonnez-vous aux articles publiés par l'école...

Un e-mail vous sera automatiquement envoyé à l'adresse que vous aurez mentionnée et vous garantira de ne plus rater aucun article édité par l'école. En cas de non réception immédiate, veuillez vérifier votre dossier de courriers indésirables "spams"

Aussi, n'hésitez pas à laisser un commentaire en bas de page pour toute question, remarque ou complément d'information ; la communication est un des axes primordiaux que développe notre école. Notez que vous avez également la possibilité de vous abonner aux commentaires d'un article en particulier afin d'être averti du suivi d'une discussion.

« L’école Les Colibris respecte la vie privée des utilisateurs de son site Internet conformément aux dispositions de la loi du 8 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée à l’égard des traitements de données à caractère personnel. Vos informations resteront confidentielles. En application de la loi « Informatique et Liberté », vous disposez d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition sur les données vous concernant. Vous pourrez vous désabonner de cette liste à tout moment ».

En espérant que nos publications puissent vous intéresser, l'école "Les Colibris" vous remercie et vous donne rendez-vous très bientôt !

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité.

Vous êtes actuellement 171 abonné(e)s.

1 commentaire
  1. MERCI BEAUCOUP

Laisser un commentaire